28 oct. 2017

Peur Blanche



Je viens de terminer "Peur Blanche" de Ken FOLLETT. Tout d'abord, je souhaiterai mentionner que cet auteur est l'un de mes préférés. J'admire sa façon d'écrire et aussi son professionnalisme. Ce n'est pas le genre d'auteur qui s'amuse à publier chaque année un nouveau livre (je n'ai rien contre l'idée mais généralement les idées ne sont pas assez réfléchies et pas assez mûres quand on publie chaque année). Il prend son temps pour développer une histoire passionnante et qui laisse le lecteur accroché à son livre. 
Ce livre a été publié en 2004 et cela marque le retour de Ken FOLLETT au roman scientifique polar après des succès phénoménales avec ses romans historiques . Cela marque aussi son retour au volume "light" uniquement 442 pages. D'ailleurs, beaucoup de chroniqueurs bibliophiles s'amusent à le taquiner en lui mentionnant que ses livres sont bien faits pour faire de la musculation (800 pages et plus). 

Notre histoire se déroule en Ecosse, un nuit de Noel pendant laquelle tous les habitants sont en congé pour les réunions de famille à part les employés des laboratoires Oxenford Medical qui viennent de perdre un des leurs. Cet incident qui a chamboulé la journée de Toni (responsable de la sécurité du Kremlin (le nom attribué au siège des laboratoires qui ressemble plus à une forteresse plus qu' à une usine ). Cette ancienne de la police se retrouve dans une situation délicate face à son patron (Professeur Stanley) l'un des plus grands scientifiques de son époque et fondateur de l'entreprise puisque la sécurité de ses laboratoires était sous sa responsabilité. Un des scientifiques qui s'appelait Michael a fait sotrir à l'insu de tous ses collègues un lapin du laboratoire de niveau de sécurité 4. Ce genre de laboratoire est d'une extrême dangerosité puisqu'on y manipule les plus mortels des virus dont je cite Madoba 2 (plus dangereux que l'Ebola). Son intention est restée inexpliquée mais ce lapin cobaye n'a pas hésité à mordre Michael et c'était malheureusement la morsure qui causa sa mort.

Toni  découvre le cadavre de Michael et se retrouve contrainte à organiser une conférence de presse pour rassurer la population qu'il y a aucun risque de propagation de ce virus mortel puisque Michael n'a pas été en contact avec d'autres personnes depuis sa dernière visite aux laboratoires.
Une conférence de presse qui se déroule plutôt bien malgré la manipulation médiatique et les tentatives d'un journaliste d'investigation s'appelant Osborne qui essayait de décrocher des exclusivités et faire le buzz.

Une fois rentrée chez elle, Toni croyait que le problème est résolu avec la clôture de la conférence et s’apprêtait à rejoindre ses amis pour une soirée de Noel entre copains. Malheureusement, un groupe terroriste a voulu profité des vacances pour dérober des échantillons du virus Madoba 2 pour les utiliser à des fins criminelles. Ils montent leur plan de cambriolage avec l'aide de Kit OXENFORD (Informaticien et fils du professeur Stanley récemment licencié par son père à cause de ses pratiques frauduleuses). Se retrouvant dans le pétrin avec un cumul de dettes, il était prêt à tout pour se venger de son propre père et calmer les criminels à qui il doit beaucoup d'argent. Malheureusement pour Toni, Kit était à l'origine du système de sécurité installé dans les laboratoires donc il connaissait comment le détourner facilement. 
Une soirée très délicate et une journée de Noel encore plus mouvementé avec Toni à la poursuite des malfaiteurs qui s’apprêtent à propager le Madoba 2 dans les lieux publics de Londres. Une catastrophe qui ne se limitera pas à l'échelle du pays avec la diversité de cette ville cosmopolite. 

Une histoire bien ficelée par le grand Ken FOLLETT qui crée beaucoup de dynamisme dans l'histoire et qui sait injecter de l'humour et des histoires d'amour dans un roman policier et scientifique. Tout cela est fait  avec beaucoup de finesse et de talent. 
KEN FOLLETT

Ce que j'ai aimé: 
  • Le début et la fin de l'histoire 
  • L'apprentissage scientifique et l'engagement de l'auteur (beaucoup de recherches derrière et visites rendues à de vrais laboratoires à risque 4 au Canada avant d'entamer l'écriture du roman)
  • Le déroulée de toute l'histoire en un laps de temps de 48 heures 
  • Les relations tissées entre les personnages 
  • Beaucoup de créativité et d'innovation 
  • La critique envers la manipulation exercée par les médias et les journalistes pour créer de la matière et faire le buzz au détriment de la sécurité nationale


Ce que j'ai moins aimé: 
  • Le mystère non résolu derrière les intentions du scientifique Michael de ramener un lapin  cobaye contaminé chez lui.


Ce que j'ai appris: 
  • L'amour n'a rien à voir avec l'âge. 
  • Les relations tendues père/ fils parents/enfants peuvent créer des monstres.
  • La relation des sciences humaines (médecines et industrie médicale) avec l'argent.
  • Ne pas juger les gens avant de les voir à l'oeuvre.
  • La vraie personnalité est révélée aux moments forts de la vie.


Globalement, ce livre m'a impressionné et je tire comme d'habitude mon chapeau au magicien Ken FOLLETT.

1 commentaire:

Facebook

Suivez-moi sur Twitter